“نيكولا بو” صاحب “حاكمة قرطاج” : اعيدوا لنا بن علي !
اشترك في خدمة "الأخبار العاجلة" واحصل على أحدث وأهم المستجدات لحظة بلحظة:

يوم 02 نوفمبر 2016

تونس-الاخبارية-وطنية-سياسة-رصد 

نشر الكاتب و الاعلامي الفرنسي “نيكولا بو” صاحب كتاب “حاكمة قرطاج” و “صديقنا بن علي” مقالا بتاريخ 1 نوفمبر 2016 تحت عنوان “اعيدوا لنا بن علي..!”..و هاجم الكاتب بشراسة الفساد الذي عم كافة المجالات في تونس.. و قال مما قال انه في السابق و تحت حكم بن علي , كان وحده من يتصرف في الفساد مع الاخذ بعين الاعتبار مصلحة الدولة.. لكن الامر تغير الان و تعمم الفساد على الجميع..مختتما مقاله بان حرية التعبير هي المكسب الوحيد الان في تونس و متنميا الا تفسدها شراهة رؤوس الاموال الفاسدة و التي يتم تشجيعها في “تونس الباجي”…

و في ما يلي كاكمل المقال كما نشره صاحبه :

rendez nous ben ali !

L’histoire avance parfois à reculons. La corruption qui régnait à l’époque de l’ancien président tunisien Ben Ali aura beaucoup contribué en 2011 à provoquer la colère populaire et à le chasser du pouvoir. Or depuis le départ du dictateur honni voici cinq ans, la dilapidation des deniers publics a pris en Tunisie une proportion qui n’avait jamais été atteinte. La corruption qui était réservée sous Ben Ali aux clans inféodés à la Présidence, et notamment à l’épouse du chef de l’Etat, Leila Trabelsi, s’est démocratisée, atomisée. On assiste aujourd’hui à une formidable dérégulation des prébendes et des bakchichs. Jusqu’aux taxis de l’aéroport de Tunis qui pratiquent une espèce de racket sur tout nouveau voyageur qui débarque au pays du jasmin. Sans même parler des passe droits qui sévissent aux frontières avec l’Algérie et la Libye, lorsque des caïds improvisés font main basse sur le trafic de marchandises en payant les douaniers ou la garde nationale.

Chaque corporation, chaque groupe d’intérêt, chaque clan au pouvoir se servent allègrement, sans que l’administration, paralysée, n’intervienne. Et pour cause, l’Etat tunisien n’existe plus, ou si peu.

La corruption, c’était Ben Ali, et lui seul !

Plus grave encore, on assiste aujourd’hui au pillage d’une grande entreprise publique comme Tunisie Télécom. On y découvre une direction incontrôlée et grassement payée qui est instrumentalisée par des intérêts étrangers, en l’occurrence les Emirats Arabes Unis (voir l’enquête ci contre). Sous Ben Ali, le groupe public de téléphonie n’aurait sans doute pas connu de telles dérives. Au gouvernement, une technostructure indépendante et compétente, dont le régime a toujours pris soin de s’entourer, veillait à défendre les intérêts supérieurs de l’appareil de production tunisien. Et gare aux dérapages ! Au sein de l’administration de l’Intérieur, oh combien brutale et arbitraire sous le règne du dictateur, Ben Ali avait viré pas moins de 2000 policiers suspectés de malversation. La corruption, c’était lui, et lui seul qui en avait le monopole. Le président en choisissait les destinataires et en régulait les montants, dans des arbitrages sophistiqués où l’intérêt national tunisien n’était pas oublié.

Nous avons été grisés, emportés, conquis, par la soif de parole et le désir de justice qui ont marqué le Printemps tunisien. La formidable liberté d’expression qui règne aujourd’hui à Tunis est un modèle pour de nombreux pays arabes. Souhaitons que l’exception tunisienne ne soit pas minée par les appétits financiers qui sont, hélas, encouragés dans la Tunisie du président Beji.

Les dernières infos et l'actualité de la Tunisie classée par thèmes: Politique, Economie, Culture, Sport, Régions, annonces, Sciences. Découvrez gratuitement et en temps réel tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Tunisie sur 3ajl.info